Ce jeudi 18 juin, Euro Foie Gras a tenu son Assemblée Générale en ligne.

Christophe Barrailh, Président de la Fédération, est tout d’abord revenu sur le vote du Parlement européen appelant la Commission à interdire le gavage, le qualifiant de « surprenant et choquant ». En effet, le vote de cet amendement, intervenu dans le cadre de l’adoption de la résolution parlementaire sur l’initiative citoyenne européenne « Pour une nouvelle ère sans cage », était non seulement hors contexte, mais s’est qui plus est déroulé sans consultation des différents acteurs concernés. Christophe Barrailh a souligné qu’il « est essentiel de rappeler que l’on ne peut produire de foie gras sans alimentation assistée. Il n’existe à ce jour aucune alternative crédible. » La Fédération est plus que jamais déterminée à poursuivre sur le chemin de la transparence et à inviter les décideurs politiques à visiter une ferme à foie gras afin de mieux comprendre le secteur.

Euro Foie Gras fera également connaître le secteur aux citoyens grâce au programme européen de promotion. Dans ce cadre, la Fédération se réjouit de lancer le site de sa campagne « Sur la route du foie gras » cet été. Il retracera les aventures de bloggeurs et influenceurs qui partiront à la rencontre de producteurs de foie gras dans 4 pays européens (Espagne, France, Belgique et Hongrie) afin de partager ce savoir-faire traditionnel ancestral.

Enfin, la Fédération continuera ses travaux afin de développer des indicateurs européens de bien-être animal. Cette thématique, essentielle pour les producteurs de foie gras, reste au centre de leurs préoccupations.

La Fédération européenne du foie gras (Euro Foie Gras) est choquée par le vote du Parlement européen appelant la Commission européenne à interdire le gavage pour la production de foie gras. Cet amendement, juridiquement non contraignant, a été adopté sans aucun débat et témoigne d’une méconnaissance totale du secteur. La production de foie gras fait partie intégrante du patrimoine gastronomique européen et respecte l’ensemble des réglementations européennes en matière de bien-être et de santé des animaux.

Le 10 juin, les Eurodéputés ont adopté une résolution sur l’initiative citoyenne européenne « Pour une nouvelle ère sans cage ». Lors de ce vote, un amendement totalement hors sujet appelant la Commission européenne à présenter une proposition visant à interdire le gavage des canards et des oies pour la production de foie gras a été adopté.

Euro Foie Gras condamne fermement le fait qu’un tel amendement ait été voté sans aucun débat. Ce vote est le résultat d’un manque de connaissance et de compréhension du secteur qui conduit à des idées fausses et des préjugés, alimentés par les stéréotypes erronés de militants animalistes.

Christophe Barrailh, président d’Euro Foie Gras, s’insurge : « Comment peut-on voter un amendement qui pourrait mettre fin à une filière sans aucune concertation ? Compte tenu de l’enjeu, un débat est plus que nécessaire. Les décideurs européens ne doivent pas oublier, en abordant cette question, les hommes et femmes qui travaillent dur chaque jour pour produire ce mets d’exception. »

À ce jour, il n’existe aucune alternative au gavage, ce qui signifie que, si un tel amendement entrait en vigueur, le secteur s’arrêterait du jour au lendemain. Cela entraînerait la perte de plus de 50.000 emplois directs et la disparition d’un produit de grande qualité, symbole de la gastronomie européenne. Les producteurs de foie gras participent à la vie dans les zones rurales, tant économiquement que socialement, et font partie intégrante des traditions de nombreuses régions.

Rappelons que l’article 13 du TFUE stipule que « (…) l’Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux. » « Cette deuxième partie de l’article doit également être respectée, car la production de foie gras appartient au patrimoine culturel et régional européen », ajoute M. Barrailh.

Par ailleurs, la filière européenne du foie gras répond aux attentes sociétales : la production est extensive, de plein air et souvent familiale. Permettre aux canards et aux oies de passer 90% de leur vie en plein air est essentiel pour les éleveurs afin de garantir la qualité du produit et la vie des animaux.

La Fédération tient à rappeler que l’engraissement des palmipèdes élevés pour la production de foie gras est réalisé par des professionnels formés à cette tâche spécifique. Il respecte pleinement le bien-être des animaux, comme le confirment plusieurs études[1]. L’alimentation assistée doit être comprise en tenant compte de l’anatomie particulière des palmipèdes gras. Ceux-ci possèdent un œsophage élastique qui peut se dilater, comme celui d’un serpent, et leur permettre d’avaler toutes sortes de proies tels que des poissons ou des grenouilles. Pour cette raison, leur anatomie ne peut pas, et ne doit pas, être comparée à l’anatomie humaine. Arrêtons l’anthropomorphisme !

Aujourd’hui, Euro Foie Gras appelle les décideurs européens, nationaux, régionaux et locaux, ainsi que les citoyens, à visiter une exploitation de foie gras avant de prendre toute décision précipitée. La Fédération serait heureuse de procéder à un échange de vues rationnel et éclairé sur les méthodes de production du secteur.


[1] Des études scientifiques ont été synthétisées par les scientifiques Gérard Guy (INRA) et Xavier Fernandez (ENSAT) dans un document rédigé en octobre 2013.

Contact : melanie.lamaison@alienor.eu; +32 491 51 23 40

                 cynthia.benites@alienor.eu; +32 490 64 97 38

Brussels, 19 May 2021 – The European Federation of Foie Gras (Euro Foie Gras) is deeply concerned by the UK government’s plan to ban foie gras imports and trade under the Action Plan for Animal Welfare. Foie gras is a high-quality product which complies with all EU standards regarding animal health and welfare. The UK government should base its decision on scientific facts and field practice rather than on emotional opinions.

Foie gras production is not cruel. The anatomical characteristics of ducks and geese cannot be compared to humans. These animals have no glottis but an elastic oesophagus that can expand like a snake, allowing them to swallow all kinds of prey such as fish or frogs. Assisted feeding is fully adapted to the fat palmipeds’ physiology and is performed by trained professionals. As such, it does not cause any suffering to these animals, as confirmed by scientific studies[1].

Moreover, European foie gras producers have decided to go beyond their legal obligations by adopting a European Charter on Breeding of Waterfowl for Foie Gras[2].

Ensuring high quality living conditions is a daily concern for any breeders of fat palmipeds. Animals being bred outdoor 90% of their life and free-range farming is the DNA of the foie gras production and a prerequisite to obtain a quality product.

The ban proposal clearly shows a lack of understanding of our practices. Has any UK policy maker ever been to a foie gras farm and seen the rearing conditions in practice? Euro Foie Gras is happy to invite them”, says Christophe Barrailh, Euro Foie Gras President.

Furthermore, a ban on foie gras in the UK would threaten the consumers’ freedom to choose what they want to purchase, and we believe that British citizens should be entitled to consume foie gras if they enjoy it. These developments are all the more surprising given the importance the UK attaches to these freedoms.

Consequently, Euro Foie Gras firmly condemns the current projects to ban foie gras trade and imports in the UK, which are totally unjustified from an animal welfare and an economic perspective.

For these reasons, the Federation calls upon the UK’s government to continue importing foie gras, a traditional European gastronomic delicacy, and to fully respect the freedom of choice of British consumers.


[1] Scientific studies have been synthetised by the scientists Gérard Guy (INRA) and Xavier Fernandez (ENSAT) in a document written in October 2013.

[2]The “European Charter on breeding of waterfowl for foie gras”, signed by the representatives of all the foie gras producing countries in the EU, contains the commitments that must govern this farming activity in the spirit of the 12 principles retained in the “Welfare Quality Project”:

Vous avez entre 16 et 25 ans ? 
Vous êtes élève/apprenti cuisinier en France ?
Vous aimez cuisiner le foie gras ?

Tentez de gagner jusqu’à 2000€ en participant au Challenge Foie Gras! 

Ce concours, organisé chaque année par le CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), réunit des jeunes talents culinaires autour du foie gras, du confit ou du magret.

Le Foie Gras est une Fête !

Cette année, la thématique s’axe autour de la célébration : « Le Foie Gras est une Fête ! », et invite les candidats à mettre ce mets savoureux au centre de l’assiette, comme ils aimeraient le déguster à la réouverture des restaurants. Leur recette devra donc sublimer le foie gras, cuisiné cru et/ou mi-cuit, et convaincre le jury par son originalité et son dressage délicat.

Inscriptions pour le 30 juin

Les candidats sont invités à s’inscrire avant le 30 juin 2021 auprès de l’agence ADOCOM-RP (anais@adocom.fr). Ils devront ensuite proposer une recette pour le 20 septembre 2021. Les six candidats sélectionnés participeront au Challenge Foie Gras en présentant leur assiette devant un jury à Paris.

Bonne chance !

C’est le début de la saison des asperges ! Voici une recette facile et rapide de mise en bouche pour déguster ce délicieux légume, accompagné de foie gras, évidemment.

Durée : 30 min | Pour 4 personnes

Ingrédients

  • Foie gras
  • 1 botte d’asperges vertes
  • 50g de fromage frais
  • 1 c à s de cerfeuil ciselé
  • Mini bouchées à garnir
  • Fleur de sel, poivre du moulin

Préparation

  • Faire cuire les asperges pendant 15 min dans une grande casserole d’eau bouillante salée
  • Les égoutter soigneusement dans un torchon et laisser refroidir
  • Mixer les asperges avec le cerfeuil et le fromage frais
  • Remplir les mini bouchées de mousse d’asperge
  • Ajouter un morceau de Foie Gras
  • Saler puis poivrer au moulin.

A la recherche d’autres recettes à base de foie gras, magret ou confit de canard ? Rendez-vous sur le site du CIFOG, notre membre français !

Recette et photo: ©CIFOG

Lancée aujourd’hui dans 7 pays européens, une vidéo illustre les paradoxes de la stratégie « De la ferme à la table » qui entravent la transition écologique.

Le secteur européen de l’élevage propose de partager son savoir-faire pour un système de production véritablement durable.

Le secteur européen de l’élevage a présenté aujourd’hui « Les 9 paradoxes De la ferme à la table », un appel à participer activement au défi actuel de la durabilité pour développer et mettre en œuvre une stratégie efficace et adéquate De la ferme à la table en Europe. Née d’une initiative de Carni Sostenibili et de l’European Livestock Voice, la série de vidéos a été lancée simultanément dans 7 pays européens et dans 7 langues : Belgique, Italie, France, Espagne, Allemagne, Portugal et Pologne.

Les vidéos mettent en évidence le fait que, malgré ses bonnes intentions, la stratégie De la ferme à la table ne tient pas compte de la situation réelle et des défis du secteur de l’élevage. Elles reflètent la volonté de l’ensemble de la filière de s’impliquer activement dans l’important processus de transition verte, actuellement en cours.

Les paradoxes identifiés reflètent les idées fausses et les préjugés sur le secteur de l’élevage en termes d’environnement, de santé et d’économie. Ils révèlent des inexactitudes dans la compréhension de :

  • La valeur nutritionnelle de la viande
  • La cohérence de l’utilisation des terres pour les activités d’élevage
  • La durabilité environnementale de la chaîne d’élevage européenne
  • L’impact économique du secteur
  • La protection du bien-être des animaux
  • L’utilisation d’engrais naturels par rapport aux engrais chimiques
  • La sécurité et disponibilité de l’emploi dans les zones rurales 
  • Le patrimoine gastronomique et culturel des produits d’origine animale
  • La sécurité et la disponibilité de nos produits alimentaires

« La stratégie De la ferme à la table, au cœur du Pacte Vert européen, peut être l’opportunité d’améliorer les résultats obtenus par le système agricole et d’élevage européen : le défi réside dans la recherche, l’innovation et la technologie. Il est également crucial de garantir une production suffisante pour répondre à la demande croissante de nourriture en utilisant moins de ressources – explique Giuseppe Pulina, Président de Carni Sostenibili (Viande Durable) – Aujourd’hui, ceux qui travaillent dans la chaîne d’approvisionnement zootechnique ont le devoir d’aider les décideurs à ne pas gaspiller l’importante opportunité de guider le système agroalimentaire pour plus de 10 ans ».

« L’élevage a été – et est encore – accusé de nombreux maux. Nous ne sommes peut-être pas parfaits, mais il est nécessaire de souligner les nombreuses mesures déjà prises et les progrès substantiels réalisés par tous dans notre secteur. Et ce n’est pas fini. Les vidéos que nous lançons aujourd’hui reflètent la réalité de l’élevage et visent à démystifier les idées fausses communes, dont beaucoup ont malheureusement présidé à la planification de la stratégie De la ferme à la table. Il est crucial de faire entendre notre voix, parce que nous voulons faire partie du processus actuel qui déterminera l’avenir, et parce que nous souhaitons nous rendre disponibles pour partager nos connaissances et notre expérience avec les décideurs politiques lors des discussions en cours sur la stratégie De la ferme à la table » a déclaré Birthe Steenberg, secrétaire générale de l’AVEC (secteur de la viande de volaille), s’exprimant au nom de l’European Livestock Voice.

La version complète de la vidéo est disponible et intégrable pour publication via ce lien.

Si cette question vous intéresse, rejoignez-nous le 5 mai pour un débat de suivi avec des intervenants experts de tous bords. Plus d’informations à venir via @LivestockVoice sur Twitter.

Euro Foie Gras est heureux de participer au travail de l’European Livestock Voice, et de relayer ses messages afin de disséminer des informations factuelles sur le secteur de l’élevage.

Une communication signée European Livestock Voice et Carni Sostenibili.

Le Conseil d’Administration d’Euro Foie Gras (EFG) s’est déroulé le 4 mars. Ce fut l’occasion de revenir sur les différents sujets d’actualité pour le secteur des palmipèdes gras au niveau européen et dans les pays membres.

Sur le front sanitaire, la situation est stabilisée en France et le CIFOG (Interprofession française du foie gras) se mobilise pour analyser les raisons du virulent épisode de grippe aviaire qui a frappé le secteur au cours des dernières semaines. Sur le front économique, le manque de certitude vis-à-vis de la réouverture des acteurs de l’Horeca (restaurants, bars, hôtels etc) rend les perspectives pour 2021 difficiles à établir.

Sur une note plus positive, la Fédération se réjouit de démarrer son programme européen de promotion, qui a été approuvé fin d’année dernière par la Commission européenne. Ce programme permettra de mettre en valeur le foie gras, produit iconique et de terroir, dans plusieurs pays producteurs : France, Belgique, Espagne et Hongrie.

En outre, EFG a réitéré l’importance de faire valoir sa position concernant les normes européennes de commercialisation pour les produits agricoles : maintenir la définition du foie gras cru, et ajouter une définition du foie gras transformé. La Fédération avait participé à la première consultation de la Commission européenne sur ce sujet le 15 février, et participera à la seconde, qui devrait avoir lieu lors du deuxième trimestre.

Enfin, les membres d’EFG ont réitéré leur volonté de poursuivre le travail commun entrepris il y a quelque mois visant à développer des indicateurs européens de bien-être animal, travail qui vient en complément des initiatives menées au niveau national. Il est important que ce sujet s’éloigne de l’émotionnel pour se baser sur des données scientifiques fiables afin d’évaluer les conditions d’élevage des animaux de manière objective. La Fédération continuera à contribuer au débat en cours au niveau européen en s’appuyant sur les dernières données scientifiques et en conviant toute personne intéressée à visiter une ferme à foie gras.

Euro Foie Gras a contribué à la consultation publique de la Commission européenne sur les normes de commercialisation des produits agricoles.

Dans cette contribution, Euro Foie Gras déclare qu’il partage pleinement le point de vue de la Commission européenne selon lequel “les normes de commercialisation contribuent à faciliter le fonctionnement du marché intérieur, à écarter du marché les denrées alimentaires de qualité insatisfaisante, à fournir des informations pertinentes aux consommateurs et à garantir des conditions de concurrence équitables pour les produits concurrents”. Euro Foie Gras insiste également sur le rôle clé joué par les normes de commercialisation pour préserver et promouvoir le savoir-faire agricole européen, le patrimoine culinaire ainsi que la diversité des types d’agriculture.

La Fédération soutient la volonté de la Commission européenne de fournir de meilleures informations alimentaires aux consommateurs et de soutenir des systèmes alimentaires durables. En outre, la liberté des citoyens de choisir les aliments qu’ils veulent manger doit être préservée et chaque consommateur doit pouvoir faire des choix éclairés sans être victime de pratiques trompeuses et frauduleuses.

C’est pourquoi, Euro Foie Gras demande de :

– Maintenir la définition du foie gras cru dans sa formulation actuelle ;

– Compléter ce texte par l’insertion de la définition du foie gras transformé.


Cliquez ici pour lire notre contribution dans son entièreté (en anglais)

Cliquez ici pour lire notre note de position sur les normes de commercialisation

European Livestock Voice, un groupe multipartite qui promeut la dissémination d’informations scientifiques sur l’élevage, a organisé un webinaire sur l’étiquetage en matière de bien-être animal le 28 janvier 2021.

Des intervenants de différents horizons ont pris la parole sur ce sujet d’actualité. Voici quelques points importants :

Trine Vig Tamstorf, Conseillère politique en chef pour la santé et le bien-être animal pour le Conseil danois de l’agriculture et de l’alimentation, a tout d’abord souligné que les agriculteurs se soucient de leurs animaux et considèrent le bien-être animal comme une priorité absolue. Elle a souligné que la création d’un étiquetage uniquement axé sur le bien-être animal est trop réducteur. Le champ d’application devrait être élargi en incluant d’autres aspects tels que l’environnement, car le bien-être animal n’est qu’un des nombreux éléments de la durabilité.

Ce point important a également été souligné par Denis Simonin, Expert sénior en matière de bien-être animal à la DG Santé et sécurité alimentaire de la Commission européenne. Il a expliqué que la création d’un système d’étiquetage pour les denrées alimentaires durables fait partie des actions de la Stratégie européenne « De la Ferme à la Table ». Des aspects tels que l’environnement, les profils nutritionnels ou le bien-être animal pourraient faire partie de ce cadre global. En outre, une question-clé est de déterminer la manière dont les systèmes d’étiquetage existants et futurs en matière de bien-être animal peuvent s’articuler. Denis Simonin a évoqué deux options possibles : les systèmes existants seront soit des systèmes parallèles ou se positionneront comme des références.

Le bien-être animal sera toujours soumis aux opinions de la société, a-t-il ajouté. Une approche scientifique est nécessaire, mais il faut aussi prendre en considération l’avis des consommateurs et des agriculteurs.

Enfin, Trine Vig Tamstorf a vivement encouragé les visites d’exploitations agricoles pour déconstruire les mythes et permettre au public d’observer les conditions d’élevage sur le terrain. Euro Foie Gras est toujours heureux d’organiser des visites de fermes, car cela permet de confronter les idées à la réalité (si les conditions sanitaires le permettent).

Euro Foie Gras est heureux de participer au travail de « European Livestock Voice » afin de disséminer des informations factuelles sur le secteur de l’élevage.

Retrouvez le résumé de l’évènement ici (en anglais)

Si vous l’avez raté, il est toujours possible de revoir le webinar:

Quelles sont les attentes des citoyens européens en ce qui concerne leur alimentation ? Pour répondre à cette question, la Commission européenne a commandé un sondage d’opinion, appelé Eurobaromètre.

Il en ressort que les 3 facteurs influençant le plus les Européens dans leurs achats alimentaires sont dans l’ordre, le goût, la sécurité des aliments et le coût.

Par ailleurs, ils associent une alimentation et un régime alimentaire durables aux qualités nutritives des produits et à la santé plutôt qu’à la dimension environnementale. Près d’un quart des consommateurs considèrent les chaînes d’approvisionnement locales et courtes comme une caractéristique importante de l’alimentation durable.

En outre, une alimentation saine et durable signifie pour les Européens de la variété et de la cuisine maison plutôt qu‘une diminution de la consommation de viande. Pour 58 % des personnes interrogées, une alimentation saine et durable implique de manger des aliments variés, avoir un régime alimentaire équilibré et consommer davantage de fruits et légumes. 47 % ont mentionné les plats de saison et locaux et 43 % le fait de manger davantage de repas maison. Seuls 35 % des répondants ont noté le fait de manger de la viande moins souvent.

Enfin, une large majorité des consommateurs (89%) sont en faveur d’un étiquetage clair afin de les aider à faire des choix éclairés.

Euro Foie Gras se réjouit de voir que les consommateurs privilégient le goût, une alimentation diversifiée, la consommation locale et les logos informatifs. Les membres d’Euro Foie Gras œuvrent pour produire des aliments de qualité pour le consommateur. La production européenne de foie gras est extensive, de plein air et souvent familiale. Les producteurs sont gardiens d’un terroir et d’un savoir-faire traditionnel, faisant la fierté de la gastronomie européenne.

Retrouvez le rapport complet et son résumé ici (en anglais)

Page 2 of 5
1 2 3 4 5