A Bekegem, en Flandre Occidentale, la 6ème édition de la traditionnelle fête organisée par la plus grande ferme à foie gras de Belgique a comme chaque année attiré les foules au mois d’août dernier.

Cette célébration du foie gras se déroule tous les vendredis du mois d’août au sein de l’exploitation. Les convives aiment à y savourer divers mets mettant le foie gras à l’honneur dans un décor bucolique et une atmosphère décontractée de fin de semaine, aidée par un trio de violonistes affûtés. Les visiteurs ont eu plaisir à effectuer une promenade en calèche pour admirer les canards tout en dégustant diverses spécialités concoctées par différents Chefs sur place. Le Chef Edwin Vinke a notamment régalé les convives grâce à sa recette mariant à merveille les langoustines et la terrine de foie gras. Le « food truck » (camion-cantine) a quant à lui ravi tous les amateurs de foie gras grillé, de salades de foie gras fumé et de desserts.  

Filip Callemeyn, propriétaire de l’exploitation, est ravi de chaque année pouvoir réunir un large public autour du foie gras : « La première fête à la ferme avait été organisée pour célébrer les 25 ans de l’exploitation. Le succès de cette fête nous a encouragé à la reconduire chaque année ». Tous les étés, la « fête à la ferme » réunit ainsi autour de 500 convives ravis de pouvoir savourer le foie gras sous toutes ses formes.

Régalez-vous cet été avec une délicieuse recette de magret de canard à la plancha accompagné d’une salade de quinoa et de crudités ! La recette est facile et nécessite un temps de préparation de seulement 30 minutes. A vos fourneaux et bon appétit !

Ingrédients (4 personnes) :

  • 2 Magrets de Canard
  • 250 g de quinoa
  • 1 poivron vert
  • 2 carottes
  • 1 courgette
  • 2 oignons
  • 50 g de pignons de pin grillés
  • 50 g de raisins secs
  • 1 petit bouquet de persil
  • 2 c à c de cinq épices
  • Le jus d’un citron jaune
  • 3 c à s d’huile d’olive
  • Poivre

Matériel :

  • Casserole
  • Couteau d’office
  • Passoire
  • Plancha
  • Planche à découper
  • Saladier en verre

Préparation :

ÉTAPE 1 : Rincer le quinoa, le verser dans une casserole avec 2 fois son volume d’eau. Saler. Porter à ébullition, puis baisser le feu et le faire cuire pendant 10 minutes, puis l’égoutter et le réserver.

ÉTAPE 2 : Éplucher les oignons et les couper en lamelles.

ÉTAPE 3 : Les faire revenir 6 minutes à la plancha avec 1 cuillère à soupe d’huile d’olive et les cinq épices.


ÉTAPE 4 : Éplucher les carottes et les couper en petits dés. Couper la courgette et le poivron en petits dés.

ÉTAPE 5 : Dans un saladier, mettre le quinoa cuit, les dés de légumes, les oignons aux épices, les pignons de pin grillés et les raisins secs.

ÉTAPE 6 : Assaisonner avec le jus de citron, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, le sel et le poivre. Mélanger soigneusement et réserver.

ÉTAPE 7 : Enlever l’excédent de gras autour des Magrets de Canard. Les inciser côté peau en croisillons ou en carrés.

ÉTAPE 8 : Chauffer la plancha et déposer les Magrets de Canard côté peau en dessous. Laisser fondre la graisse environ 5 minutes jusqu’à ce que la peau soit bien dorée. Retourner les Magrets de Canard côté chair et les faire cuire pendant 5 à 7 minutes. Saler, poivrer puis recouvrir les Magrets de Canard avec du papier aluminium et les laisser reposer 5/7 minutes.

ÉTAPE 9 : Couper le Magret de Canard en tranches.

ÉTAPE 10 : Servir les tranches de Magret de Canard avec la salade de quinoa, saupoudrer avec du persil haché.

Deux jours avant le jour-J, la France a célébré sa fête nationale à Bruxelles lors d’une réception donnée dans le magnifique bâtiment style art déco Bozar, construit par le renommé architecte belge Victor Horta. Organisé en collaboration avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, cet évènement prestigieux a rassemblé de nombreux convives qui ont pu apprécier tant les discours prononcés par les hauts représentants français que le programme musical et les produits de terroir. La Nouvelle-Aquitaine étant à l’honneur cette année, du foie gras IGP (indication géographique protégée) du Sud-Ouest* a été servi. De quoi ravir les papilles des invités et promouvoir un produit qui fait partie du Patrimoine Culturel et Gastronomique protégé en France. « L’Europe doit continuer à soutenir l’ensemble de nos territoires et le secteur agricole. En ce jour de fête nationale, c’est aussi ces territoires de notre nation et les régions que nous pouvons célébrer », a conclu Isabelle Boudineau, Vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

* L’IGP est un signe européen qui garantit l’origine et la qualité d’un produit. Les produits IGP Canard à foie gras du Sud-Ouest (Chalosse, Gascogne, Gers, Landes, Périgord, Quercy) offrent la garantie que le canard a été élevé et conditionné dans le Sud-Ouest.

Chaque année, les Journées Fermes Ouvertes (JFO) sont en Wallonie (Belgique) l’occasion pour des milliers de visiteurs, y compris les plus jeunes, de découvrir de nombreuses exploitations d’élevage. La 23e édition des JFO s’est déroulée les 22 et 23 juin avec la participation de plus de 70 exploitations, dont 2 fermes à foie gras : la ferme de la Sauvenière (Hemptinne-Lez-Florennes) et la ferme Louis Legrand (Templeuve).

Les deux fermes ont accueilli à elles deux plus de 3000 visiteurs durant le weekend, dont de nombreux jeunes : « La plupart des parents sont venus avec leurs enfants. Il y avait aussi beaucoup de jeunes couples », a déclaré Valérie Van Wynsberghe, productrice de foie gras à la ferme de la Sauvenière. Pour les deux fermes, les JFO sont l’occasion de montrer et d’expliquer la production de foie gras à un public large : l’élevage en plein air des palmipèdes gras, l’alimentation assistée durant les 12 derniers jours de vie, la transformation dans les ateliers de découpe, la fabrication et la vente des produits sur place. Le public est chaque année très réceptif : « Les gens voient notre élevage, notre filière intégrée et se rendent compte qu’il est bon de s’approvisionner chez les artisans », a expliqué Louis Legrand de la ferme éponyme. Les visiteurs de la Sauvenière ont même eu le plaisir d’assister à une démonstration d’un chef et de savourer du foie gras poêlé, cuit et mi-cuit ainsi que du magret. Désormais très au fait de la production belge de foie gras, beaucoup de visiteurs n’ont pas manqué de ramener de savoureuses préparations à la maison.

Comme chaque année, plusieurs fermes à foie gras ouvriront leur porte à l’occasion des Journées Fermes ouvertes qui se dérouleront les 22 et 23 juin dans toute la Wallonie. Visites guidées, découverte des différentes phases de la production, échanges sur le métier, dégustations de bons produits du terroir et activités ludiques seront au programme. Des éleveurs passionnés et fiers de leur savoir-faire seront heureux de vous accueillir et de répondre à vos questions.

Toutes les informations sur : https://jfo.be/

Plus d’informations sur le foie gras wallon : https://www.facebook.com/FoieGrasWallon/

C’est à Plovdiv, ville riche en histoire, que s’est tenue l’Assemblée générale d’Euro Foie Gras les 20 et 21 mai 2019. Alliant découverte de la région et prises de décisions importantes pour le secteur européen du foie gras, cette Assemblée générale fut un succès.

Les membres d’Euro Foie Gras se sont félicités du niveau record atteint en 2018 par les exportations de foie gras des 5 pays producteurs européens vers les pays tiers. Avec un chiffre d’affaire de 82 millions d’euros, les exportations européennes dans le monde ont augmenté de 58% en valeur par rapport à 2018, en particulier vers le Japon. Autre motif de satisfaction : en 10 ans, la Hongrie a doublé sa consommation interne et a augmenté ses exportations vers les pays voisins comme la Tchéquie, la Slovaquie ou encore la Serbie. Les chiffres clés du secteur font partie des informations qu’il est possible de retrouver sur le nouveau site internet d’Euro Foie Gras. Interactif et moderne, il donne des informations sur toutes les facettes de la filière : des produits issus des palmipèdes gras aux différentes phases de production sans oublier les nombreux engagements de la Fédération tant sur le plan de la qualité, de la santé que du bien-être animal.

L’Assemblée générale a permis d’acter des décisions importantes pour le secteur. Les membres d’Euro Foie Gras ont notamment décidé de collecter et partager les données prévisionnelles de production des palmipèdes gras. Il s’agira d’un outil d’anticipation fort utile pour une aide à la prise de décisions des opérateurs.

En outre, les membres d’Euro Foie Gras souhaitent travailler collectivement, avec le concours d’un organisme de recherche indépendant, sur des indicateurs communs de bien-être animal et leur suivi régulier dans la filière. Rappelons qu’Euro Foie Gras dispose depuis 2011 d’une Charte européenne sur le bien-être des palmipèdes gras qui édicte les engagements qui doivent régir la production déjà soumise à la législation européenne sur le bien-être animal.

L’Assemblée générale a été ponctuée par les visites d’une ferme à foie gras ainsi que d’une usine de valorisation de plumes et duvet. « Les électeurs européens se rendront aux urnes dans quelques jours. En prenant des décisions fortes à Plovdiv, capitale européenne de la culture cette année, nous participons à notre manière à bâtir l’Union européenne », a conclu Christophe Barrailh, Président d’Euro Foie Gras.

Assemblée générale
Visite d’une ferme à foie gras
Visite d’une usine de valorisation de plumes et duvet

Mets incontournable de la gastronomie européenne, le foie gras sera parfaitement représenté dans cette magnifique ville bulgare mise à l’honneur pour son authenticité et son patrimoine culturel. La Bulgarie est actuellement le 2ème pays européen producteur de foie gras de canard avec 2800 tonnes produites en 2018.

L’Assemblée Générale sera l’occasion de réunir les amis du foie gras afin de faire le point sur l’année écoulée et les perspectives futures sur des sujets variés : élections européennes, santé et bien-être animal, stratégie de communication etc. Une visite de la ville ainsi que d’un élevage seront également organisées.

Ce séduisant programme permettra aux participants de se réunir le temps de deux jours autour du foie gras dans un lieu culturel et convivial, en parfaite adéquation avec la vision d’Euro Foie Gras.

Depuis sa création en 2008, Euro Foie Gras est fier de promouvoir le métier de producteur de foie gras, mets incontournable du patrimoine gastronomique de notre continent. L’échange continu d’expériences et de savoir-faire au sein de la fédération sont et resteront d’une importance capitale pour la filière, de même que la sensibilisation des décideurs politiques aux enjeux de celle-ci.

Euro Foie Gras a toujours encouragé le dialogue constructif sur les conditions de production, les normes de biosécurité, les critères de qualité et sur tout autre sujet d’intérêt pour la fédération. Elle a également toujours fait preuve de beaucoup d’ouverture face aux critiques qui font partie intégrante du débat démocratique.

Néanmoins, il ne faut pas confondre d’une part la critique et les questionnements rationnels vis-à-vis d’une activité agricole ou de toute activité économique, et, d’autre part, les actions de désinformation basées sur des affirmations fausses et des images tronquées. L’ère numérique génère hélas un environnement favorable aux publications à visée sensationnelle provenant d’associations cultivant un rapport conflictuel avec la réalité du terrain et profitant souvent de la méconnaissance du public concernant la production de foie gras.

Retrouvez la suite sur ce lien : 

Halte à la désinformation sur la production de foie gras !

La Fédération européenne du foie gras – Euro Foie Gras – tient à faire part de sa profonde indignation quant à l’adoption par le Parlement flamand (Belgique) mercredi 13 mars 2019 d’un décret interdisant le gavage dans le cadre de la production de foie gras. Euro Foie Gras dénonce un vote fondé sur une méconnaissance de la production et des préjugés notamment engendrés par les idées et images erronées diffusés à dessein par les activistes animalistes. La Belgique est un pays producteur de foie gras comptant des fermes réparties dans tout le pays. Les Belges, 2e consommateurs de foie gras en Europe après la France avec 90 grammes par habitant et par an, apprécient ce mets de qualité. De nombreux chefs belges travaillent ce produit exceptionnel, inscrit au patrimoine gastronomique en France et en Hongrie. Pourquoi les élus ont-ils voulu priver leurs concitoyens du choix de pouvoir consommer un produit local et de qualité alors que le foie gras est issu d’un savoir-faire traditionnel pratiqué avec maîtrise et respectueux du bien-être des animaux ? Euro Foie Gras tient à rappeler que les canards vivent 90% de leur vie en plein air avant la phase d’engraissement qui dure entre 10 et 14 jours, avec deux repas par jour. La phase d’engraissement n’est possible que parce que les palmipèdes à foie gras disposent de la capacité naturelle de stocker des graisses afin de pouvoir accomplir de longs voyages migratoires. Le repas n’est administré qu’après avoir vérifié que l’animal a bien digéré son repas précédent. « Il est proprement scandaleux que l’argent public serve à faire arrêter une activité parfaitement légale ! Et ce uniquement dans le but de servir des ambitions politiques, comme le démontre ce timing  étrangement idéal [N.D.L.R. Les prochaines élections régionales en Belgique se tiendront en mai 2019, le bien-être animal étant depuis peu une compétence régionale dans ce pays.] ! » s’indigne Christophe Barrailh, Président d’Euro Foie Gras. L’idée selon laquelle la production de foie gras serait contraire au bien-être animal est par ailleurs totalement infondée. La compatibilité de la phase de gavage avec le bien-être des palmipèdes est démontrée par une série d’études indépendantes[1], sans cesse ignorées par ceux qui se chargent de désinformer le grand public en l’entrainant dans une perception anthropomorphique de l’animal alors que celui-ci, bien que sensible, n’en reste pas moins différent de l’être humain en raison de ses caractéristiques anatomiques particulières : absence de glotte et œsophage élastique qui peut se distendre sans aucune souffrance. Les producteurs belges font figure d’exemple en matière de bien-être animal, leurs bonnes pratiques étant certifiées par les services publics. Ils ne comprennent donc pas cet acharnement contre leur production alors que leurs animaux bénéficient d’un bien-être répondant aux critères les plus exigeants au monde. Euro Foie Gras tient à témoigner tout son soutien à Filip Callemeyn, unique éleveur de palmipèdes gras en Flandre, et dénonce vivement cette décision qui le privera d’une activité dans laquelle lui et son épouse avaient investi leur temps et leur passion depuis plus de 20 ans. Amoureux de son métier et fier de son exploitation, Filip y organise plusieurs fois par an des visites ainsi que des évènements festifs afin de faire découvrir au grand public la réalité de son travail. Son sérieux et sa rigoureuse déontologie ne l’ont hélas protégé ni des attaques diffamatoires provenant d’associations plus promptes aux actions médiatiques qu’à l’étude de la réalité du terrain, ni des initiatives démagogiques pré-électorales.   Tout en réitérant son indignation devant le récent décret flamand, Euro Foie Gras continuera à informer en toute transparence et exactitude sur le mode de production du foie gras et continuera également à promouvoir le métier de producteur de foie gras en Belgique et partout en Europe.
[1] Parmi lesquelles : – Z Erisir & al. 2009, “Effect of different housing systems on growth and welfare of Pekin ducks”, Journal of Animal and Veterinary Advances 8(2). – MS Dawkins, 2012, “Commercial scale research and assessment of poultry welfare”, British Poultry Science – E Baéza & collab., 2005, “Canards de Barbarie, Pékin et leurs hybrides: aptitude à l’engraissement », INRA Productions – P. Chartrin & collab.,2004, « Effet du génotype et du gavage sur les dépôts de lipides intramusculaires dans le filet de canard », Viandes et Produits Carnés, Hors-série des 10e Journées des Sciences du Muscle et Technologies des Viandes »