A la recherche d’une activité instructive et ludique à faire en famille ? Ces 11 et 12 septembre, 33 fermes wallonnes vous ouvrent leurs portes. Et parmi celles-ci, la ferme Louis Legrand, une exploitation familiale d’élevage de canards à foie gras et de cultures traditionnelles (céréales, betteraves et maïs).

Les exploitants de cette ferme, située à Templeuve (Tournai), vous proposent de visiter leur élevage de canards, d’accéder aux ateliers de production et même d’assister à une démonstration d’alimentation assistée. Vous pourrez ensuite déguster les délicieux mets produits à base de palmipèdes gras : magret fumé, cuisses de canard confites à l’orange, cassoulet au confit de canard, assiette découverte de foie gras… Des activités ludiques raviront également les enfants comme les parents : balade en calèche, jeux en bois et château gonflable.

L’élevage de canards de la ferme Louis Legrand se fait en plein air, caractéristique fondamentale de la production de palmipèdes gras, et leur alimentation est entièrement naturelle (céréales et maïs). Les exploitants attachent une grande importance au maintien de leur savoir-faire et à la qualité artisanale de leurs produits, garantissant ainsi leur fraicheur et leur authenticité.

N’hésitez pas à aller à leur rencontre ce weekend !


Plus d’informations sur les Journées Fermes Ouvertes : https://www.jfo-maquinzaine.be/

Photo: © JFO

Euro Foie Gras a contribué à la consultation publique de la Commission européenne sur l’étude d’impact initiale liée à la révision de la législation européenne sur le bien-être animal. La Fédération rappelle que le foie gras est produit dans le respect total des normes européennes en matière de bien-être animal. En outre, le secteur suit les dernières données scientifiques publiées et les tests effectués dans les exploitations afin de garantir une amélioration constante des conditions d’élevage.

Le foie gras est un produit européen traditionnel gastronomique et de haute qualité respectant des normes élevées en matière de bien-être animal.

La filière européenne du foie gras répond aux attentes sociétales : la production est extensive, de plein air, et très souvent familiale. Avec 90% de la vie de l’animal passée en parcours extérieurs, le plein air est une caractéristique fondamentale de l’élevage des palmipèdes à foie gras.  

Les palmipèdes passent de 10 à 15 semaines, selon les espèces, en plein air jusqu’à la phase d’engraissement. Ce n’est que durant cette phase qu’ils vivent en logement collectif et pour une durée limitée (entre 9 et 12 jours pour les canards et 12 à 15 jours pour les oies). Ce système de logement répond à toutes les exigences de la Recommandation du Conseil de l’Europe du 22 juin 1999 puisqu’il permet aux animaux de se tenir dans une posture normale, de battre des ailes, de se retourner sans difficulté et d’avoir des interactions sociales normales. Le passage de l’utilisation de cages individuelles pour la production de foie gras aux logements collectifs, exigé par la Recommandation susmentionnée, a représenté un investissement important de plus de 120 millions d’euros pour les éleveurs européens.

En outre, Euro Foie Gras a souligné son engagement dans une démarche d’amélioration constante des pratiques d’élevage en utilisant les données scientifiques les plus récentes et les tests sur site. À cet égard, la Fédération a rappelé que le rapport SCAHAW de 1998 sur les aspects du bien-être des canards et des oies dans la production de foie gras présentait une méthodologie limitée et des recommandations très discutables. Par conséquent, après plus de vingt ans, ce rapport ne peut être cité comme référence sur le bien-être des palmipèdes gras.

La Fédération a également souligné que toute exigence supplémentaire concernant les systèmes d’hébergement devrait être évaluée scientifiquement en tenant compte des spécificités de chaque espèce et des différentes étapes de production. Il est également crucial de définir, comme point de départ, la notion de cage. En outre, si des normes européennes supplémentaires étaient imposées aux agriculteurs européens, ceux-ci devraient être soutenus financièrement et une période de transition suffisante devrait être adoptée. Euro Foie Gras a également alerté la Commission sur les risques encourus si des règles plus strictes en matière de bien-être animal venaient à être adoptées tout en continuant à autoriser l’entrée d’importations ne répondant pas aux mêmes normes. Ces règles nuiraient inévitablement à la compétitivité du secteur européen de l’élevage qui devrait faire face à la concurrence déloyale de pays tiers. Par conséquent, des garanties concrètes, conformes aux règles de l’OMC, sont nécessaires pour assurer des conditions de concurrence équitables aux éleveurs européens. 

La Fédération européenne du foie gras a contribué à la consultation publique de la Commission européenne sur la révision des normes de commercialisation pour les produits agricoles.

Dans sa contribution, Euro Foie Gras réaffirme l’importance du maintien de la définition du foie gras cru dans les normes de commercialisation européennes. En effet, le poids minimum des foies – 300g pour les canards et 400g pour les oies – permet d’assurer l’authenticité et la qualité du produit. En-dessous de ces poids, les cellules du foie sont trop petites, et donc insuffisamment engraissées. Il est dès lors indispensable de maintenir cette obligation de poids notamment pour garantir l’exactitude de l’information donnée aux consommateurs afin qu’ils puissent faire des choix éclairés et pour protéger un mode de production authentique et un met prestigieux contre toute pratique frauduleuse.

Par ailleurs, la Fédération déplore qu’il n’y ait toujours pas de définition du foie gras transformé. Ce produit représente 80% des ventes de foie gras. Sans texte clair, le consommateur risque d’acheter un produit qui ne possède pas les mêmes caractéristiques intrinsèques que le foie gras et qui ne correspond pas à ses attentes en termes de qualité et de saveur. Euro Foie Gras demande donc l’intégration de la définition du foie gras transformé dans la future proposition législative sur les normes de commercialisation.

Cette proposition de la Commission européenne est attendue pour 2022 après la finalisation de l’évaluation d’impact.

Retrouvez plus d’informations dans notre note de position

Image: © CIFOG/ADOCOM RP

Euro Foie Gras a répondu à la consultation de la Commission européenne sur le réexamen la politique européenne de promotion de produits agricoles et alimentaires. La Fédération a tenu à souligner le rôle essentiel des produits agricoles (dont les produits carnés) dans une alimentation équilibrée, et, de ce fait, l’importance de leur maintien dans la politique de promotion.

Il est essentiel de garder à l’esprit que la politique de promotion contribue déjà à la durabilité alimentaire grâce aux normes de durabilité élevées des produits européens, en particulier en matière de durabilité environnementale et de bien-être animal.

Par ailleurs, l’appréciation de la durabilité d’un produit doit prendre en compte tous ses différents aspects (les piliers social, environnemental et économique). Par exemple, les éleveurs de palmipèdes gras garantissent des conditions d’élevage optimales qui assurent un bon équilibre entre les différents composants de la durabilité (bien-être animal, santé animale, environnement, bien-être de l’éleveur, etc.).

En outre, nous tenons à souligner que le caractère sain d’un produit alimentaire dépend de la manière dont il est consommé et intégré dans un régime alimentaire global. En ce sens, tous les produits agricoles, consommés en quantités adéquates, jouent un rôle clé dans une alimentation équilibrée.

Pour toutes ces raisons, nous insistons fortement sur le fait que tous les produits agricoles devraient être inclus et leur promotion devrait aller de pair avec la promotion d’une alimentation saine, diversifiée et équilibrée.

Nous sommes donc fermement opposés à toute réduction du soutien aux ou à toute exclusion des produits carnés. Les produits carnés ont été et continuent d’être une source alimentaire importante qui fournit un large éventail de nutriments précieux pouvant être facilement absorbés par notre corps. Certains nutriments présents dans ces produits ne sont pas toujours faciles à obtenir à partir d’aliments à base de plantes.

Enfin, si la Commission cessait de promouvoir certains produits de l’UE tels que les produits carnés, les consommateurs se tourneraient vers des produits similaires provenant de pays tiers et répondant à des normes nettement moins strictes. Cela reviendrait à encourager indirectement une production moins durable.

Photo: © CIFOG/ADOCOM RP / Ph Asset

Euro Foie Gras prend note de la publication de la communication de la Commission européenne sur l’initiative citoyenne européenne (ICE), « Pour une nouvelle ère sans cage ». Cette communication, appelant à la suppression progressive des cages pour les animaux d’élevage sous certaines conditions, suscite de nombreux questionnements au sein de la Fédération.

Tout d’abord, la Commission européenne prend un engagement politique fort sans même en définir le terme central : la cage. Dès lors, comment appliquer une telle décision dans le futur sans comprendre exactement à quoi elle fait référence ?

Ensuite, cette communication a été publiée sans qu’aucune évaluation d’impact n’ait été menée au préalable. Celle-ci sera réalisée a posteriori, et donc après l’engagement politique. Une évaluation en amont aurait été souhaitable pour mieux cerner l’impact d’une telle décision qui aura des conséquences importantes sur bon nombre de secteurs agricoles.

Par ailleurs, la Commission a annoncé des mesures de soutien qui seront accordées aux éleveurs pour les aider dans la transition. Euro Foie Gras considère que ces mesures ne sont pas à la hauteur au vu des futures répercussions pour le secteur de l’élevage. Sans compter que tous les secteurs comme l’aviculture ne sont pas éligibles pour bénéficier des aides de la PAC. De plus, certains d’entre eux risquent de ne pas être soutenus de manière égale par leurs autorités nationales (via le 2ème pilier de la PAC par exemple), ce qui engendrerait un déséquilibre sur le marché intérieur européen.

Enfin, Euro Foie Gras a pris note des pistes de réflexion de la Commission afin d’éviter une concurrence déloyale des pays tiers et de valoriser nos produits européens. Cependant, la Fédération déplore que face à un engagement politique fort, aucune garantie ne soit donnée aux éleveurs en ce qui concerne les produits importés moins-disant. Le risque évident de la suppression des cages est une augmentation du coût des produits pour soutenir les adaptations nécessaires. La majorité des consommateurs pourrait dès lors se tourner vers des produits moins chers, importés de pays tiers, qui ne suivent pas les mêmes exigences en termes de bien-être animal.

La Fédération rappelle que les palmipèdes gras sont élevés pendant 90% de leur vie en plein air avec un accès à des parcours extérieurs. Les animaux passent seulement 10 jours dans des logements collectifs, lors de la dernière phase de l’élevage : l’alimentation assistée. 120 millions d’euros ont été investis pour remplacer les épinettes individuelles par des logements respectant les recommandations du 22 juin 1999 du Conseil de l’Europe (possibilité pour les palmipèdes de battre des ailes, d’effectuer des mouvements normaux de lissage de plumes, de se retourner sans difficultés…)

Euro Foie Gras reste constructif et appelle les institutions européennes à impliquer le plus possible les différents secteurs agricoles, dont celui du foie gras, dans la discussion sur ce sujet.

Photo: © CIFOG

Ce jeudi 18 juin, Euro Foie Gras a tenu son Assemblée Générale en ligne.

Christophe Barrailh, Président de la Fédération, est tout d’abord revenu sur le vote du Parlement européen appelant la Commission à interdire le gavage, le qualifiant de « surprenant et choquant ». En effet, le vote de cet amendement, intervenu dans le cadre de l’adoption de la résolution parlementaire sur l’initiative citoyenne européenne « Pour une nouvelle ère sans cage », était non seulement hors contexte, mais s’est qui plus est déroulé sans consultation des différents acteurs concernés. Christophe Barrailh a souligné qu’il « est essentiel de rappeler que l’on ne peut produire de foie gras sans alimentation assistée. Il n’existe à ce jour aucune alternative crédible. » La Fédération est plus que jamais déterminée à poursuivre sur le chemin de la transparence et à inviter les décideurs politiques à visiter une ferme à foie gras afin de mieux comprendre le secteur.

Euro Foie Gras fera également connaître le secteur aux citoyens grâce au programme européen de promotion. Dans ce cadre, la Fédération se réjouit de lancer le site de sa campagne « Sur la route du foie gras » cet été. Il retracera les aventures de bloggeurs et influenceurs qui partiront à la rencontre de producteurs de foie gras dans 4 pays européens (Espagne, France, Belgique et Hongrie) afin de partager ce savoir-faire traditionnel ancestral.

Enfin, la Fédération continuera ses travaux afin de développer des indicateurs européens de bien-être animal. Cette thématique, essentielle pour les producteurs de foie gras, reste au centre de leurs préoccupations.

La Fédération européenne du foie gras (Euro Foie Gras) est choquée par le vote du Parlement européen appelant la Commission européenne à interdire le gavage pour la production de foie gras. Cet amendement, juridiquement non contraignant, a été adopté sans aucun débat et témoigne d’une méconnaissance totale du secteur. La production de foie gras fait partie intégrante du patrimoine gastronomique européen et respecte l’ensemble des réglementations européennes en matière de bien-être et de santé des animaux.

Le 10 juin, les Eurodéputés ont adopté une résolution sur l’initiative citoyenne européenne « Pour une nouvelle ère sans cage ». Lors de ce vote, un amendement totalement hors sujet appelant la Commission européenne à présenter une proposition visant à interdire le gavage des canards et des oies pour la production de foie gras a été adopté.

Euro Foie Gras condamne fermement le fait qu’un tel amendement ait été voté sans aucun débat. Ce vote est le résultat d’un manque de connaissance et de compréhension du secteur qui conduit à des idées fausses et des préjugés, alimentés par les stéréotypes erronés de militants animalistes.

Christophe Barrailh, président d’Euro Foie Gras, s’insurge : « Comment peut-on voter un amendement qui pourrait mettre fin à une filière sans aucune concertation ? Compte tenu de l’enjeu, un débat est plus que nécessaire. Les décideurs européens ne doivent pas oublier, en abordant cette question, les hommes et femmes qui travaillent dur chaque jour pour produire ce mets d’exception. »

À ce jour, il n’existe aucune alternative au gavage, ce qui signifie que, si un tel amendement entrait en vigueur, le secteur s’arrêterait du jour au lendemain. Cela entraînerait la perte de plus de 50.000 emplois directs et la disparition d’un produit de grande qualité, symbole de la gastronomie européenne. Les producteurs de foie gras participent à la vie dans les zones rurales, tant économiquement que socialement, et font partie intégrante des traditions de nombreuses régions.

Rappelons que l’article 13 du TFUE stipule que « (…) l’Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux. » « Cette deuxième partie de l’article doit également être respectée, car la production de foie gras appartient au patrimoine culturel et régional européen », ajoute M. Barrailh.

Par ailleurs, la filière européenne du foie gras répond aux attentes sociétales : la production est extensive, de plein air et souvent familiale. Permettre aux canards et aux oies de passer 90% de leur vie en plein air est essentiel pour les éleveurs afin de garantir la qualité du produit et la vie des animaux.

La Fédération tient à rappeler que l’engraissement des palmipèdes élevés pour la production de foie gras est réalisé par des professionnels formés à cette tâche spécifique. Il respecte pleinement le bien-être des animaux, comme le confirment plusieurs études[1]. L’alimentation assistée doit être comprise en tenant compte de l’anatomie particulière des palmipèdes gras. Ceux-ci possèdent un œsophage élastique qui peut se dilater, comme celui d’un serpent, et leur permettre d’avaler toutes sortes de proies tels que des poissons ou des grenouilles. Pour cette raison, leur anatomie ne peut pas, et ne doit pas, être comparée à l’anatomie humaine. Arrêtons l’anthropomorphisme !

Aujourd’hui, Euro Foie Gras appelle les décideurs européens, nationaux, régionaux et locaux, ainsi que les citoyens, à visiter une exploitation de foie gras avant de prendre toute décision précipitée. La Fédération serait heureuse de procéder à un échange de vues rationnel et éclairé sur les méthodes de production du secteur.


[1] Des études scientifiques ont été synthétisées par les scientifiques Gérard Guy (INRA) et Xavier Fernandez (ENSAT) dans un document rédigé en octobre 2013.

Contact : melanie.lamaison@alienor.eu; +32 491 51 23 40

                 cynthia.benites@alienor.eu; +32 490 64 97 38

Brussels, 19 May 2021 – The European Federation of Foie Gras (Euro Foie Gras) is deeply concerned by the UK government’s plan to ban foie gras imports and trade under the Action Plan for Animal Welfare. Foie gras is a high-quality product which complies with all EU standards regarding animal health and welfare. The UK government should base its decision on scientific facts and field practice rather than on emotional opinions.

Foie gras production is not cruel. The anatomical characteristics of ducks and geese cannot be compared to humans. These animals have no glottis but an elastic oesophagus that can expand like a snake, allowing them to swallow all kinds of prey such as fish or frogs. Assisted feeding is fully adapted to the fat palmipeds’ physiology and is performed by trained professionals. As such, it does not cause any suffering to these animals, as confirmed by scientific studies[1].

Moreover, European foie gras producers have decided to go beyond their legal obligations by adopting a European Charter on Breeding of Waterfowl for Foie Gras[2].

Ensuring high quality living conditions is a daily concern for any breeders of fat palmipeds. Animals being bred outdoor 90% of their life and free-range farming is the DNA of the foie gras production and a prerequisite to obtain a quality product.

The ban proposal clearly shows a lack of understanding of our practices. Has any UK policy maker ever been to a foie gras farm and seen the rearing conditions in practice? Euro Foie Gras is happy to invite them”, says Christophe Barrailh, Euro Foie Gras President.

Furthermore, a ban on foie gras in the UK would threaten the consumers’ freedom to choose what they want to purchase, and we believe that British citizens should be entitled to consume foie gras if they enjoy it. These developments are all the more surprising given the importance the UK attaches to these freedoms.

Consequently, Euro Foie Gras firmly condemns the current projects to ban foie gras trade and imports in the UK, which are totally unjustified from an animal welfare and an economic perspective.

For these reasons, the Federation calls upon the UK’s government to continue importing foie gras, a traditional European gastronomic delicacy, and to fully respect the freedom of choice of British consumers.


[1] Scientific studies have been synthetised by the scientists Gérard Guy (INRA) and Xavier Fernandez (ENSAT) in a document written in October 2013.

[2]The “European Charter on breeding of waterfowl for foie gras”, signed by the representatives of all the foie gras producing countries in the EU, contains the commitments that must govern this farming activity in the spirit of the 12 principles retained in the “Welfare Quality Project”:

Vous avez entre 16 et 25 ans ? 
Vous êtes élève/apprenti cuisinier en France ?
Vous aimez cuisiner le foie gras ?

Tentez de gagner jusqu’à 2000€ en participant au Challenge Foie Gras! 

Ce concours, organisé chaque année par le CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), réunit des jeunes talents culinaires autour du foie gras, du confit ou du magret.

Le Foie Gras est une Fête !

Cette année, la thématique s’axe autour de la célébration : « Le Foie Gras est une Fête ! », et invite les candidats à mettre ce mets savoureux au centre de l’assiette, comme ils aimeraient le déguster à la réouverture des restaurants. Leur recette devra donc sublimer le foie gras, cuisiné cru et/ou mi-cuit, et convaincre le jury par son originalité et son dressage délicat.

Inscriptions pour le 30 juin

Les candidats sont invités à s’inscrire avant le 30 juin 2021 auprès de l’agence ADOCOM-RP (anais@adocom.fr). Ils devront ensuite proposer une recette pour le 20 septembre 2021. Les six candidats sélectionnés participeront au Challenge Foie Gras en présentant leur assiette devant un jury à Paris.

Bonne chance !

C’est le début de la saison des asperges ! Voici une recette facile et rapide de mise en bouche pour déguster ce délicieux légume, accompagné de foie gras, évidemment.

Durée : 30 min | Pour 4 personnes

Ingrédients

  • Foie gras
  • 1 botte d’asperges vertes
  • 50g de fromage frais
  • 1 c à s de cerfeuil ciselé
  • Mini bouchées à garnir
  • Fleur de sel, poivre du moulin

Préparation

  • Faire cuire les asperges pendant 15 min dans une grande casserole d’eau bouillante salée
  • Les égoutter soigneusement dans un torchon et laisser refroidir
  • Mixer les asperges avec le cerfeuil et le fromage frais
  • Remplir les mini bouchées de mousse d’asperge
  • Ajouter un morceau de Foie Gras
  • Saler puis poivrer au moulin.

A la recherche d’autres recettes à base de foie gras, magret ou confit de canard ? Rendez-vous sur le site du CIFOG, notre membre français !

Recette et photo: ©CIFOG

Page 1 of 5
1 2 3 5